skip to Main Content
Service de soutien aux victimes et aux survivants : 1-877-392-6233 Faites un don

Un sondage sur la conduite après la consommation d’alcool, de cannabis et de drogues illicites révèle des tendances, excuses et fausses perceptions troublantes.

Oakville, Ontario — Selon le premier Sondage national de MADD Canada sur la conduite après la consommation d’alcool, de cannabis et de drogues illicites, de nombreux Canadiens et Canadiennes qui consomment de l’alcool, du cannabis ou des drogues illicites conduisent sachant que leurs capacités sont affaiblies, et ce, très souvent avec des passagers à bord.

Ce sondage a été mené par Ipsos pour le compte de MADD Canada auprès de Canadiens et Canadiennes âgés de 18 à 70 ans et détenant un permis de conduire valide. Le sondage portait sur la consommation d’alcool, de cannabis et de drogues illicites (non prescrites) et cherchait notamment à savoir si les répondants avaient conduit un véhicule sachant que leurs capacités étaient affaiblies.

  • Parmi les 67 % des conducteurs qui ont consommé de l’alcool au cours des 30 derniers jours, 10 % (un sur dix) ont conduit au moins une fois au cours des six derniers mois sachant que leurs capacités étaient affaiblies et une légère majorité de ces derniers (53 %) transportaient des passagers.
  • Parmi les 28 % des conducteurs qui ont consommé du cannabis au cours des 30 derniers jours, 19 % (deux sur dix) ont conduit au moins une fois au cours des six derniers mois sachant que leurs capacités étaient affaiblies et la vaste majorité de ces derniers (71 %) transportaient des passagers.
  • Parmi les 9 % des conducteurs qui ont consommé une drogue illicite non prescrite (stimulant, dépresseur, hallucinogène, opioïde, etc.) au cours des 30 derniers jours, 29 % (trois sur dix) ont conduit au moins une fois au cours des six derniers mois sachant que leurs capacités étaient affaiblies et la vaste majorité de ces derniers (85 %) transportaient des passagers

« Un nombre troublant de personnes conduisent, souvent avec des passagers à bord, alors qu’ils savent que leurs capacités sont affaiblies par l’alcool, le cannabis ou une drogue illicite, a souligné Andrew Murie, chef de la direction de MADD Canada. Cela démontre un mépris inquiétant pour la loi, ainsi que pour la sécurité personnelle et celle des passagers et des autres usagers de la route. »

Bien qu’un faible pourcentage de Canadiens et Canadiennes aient conduit après avoir consommé une drogue illicite non prescrite, une proportion importante de ces derniers ont conduit sachant que leurs capacités étaient affaiblies et, dans la plupart des cas, avec des passagers à bord.

M. Murie a également souligné que le sondage fournit des données précieuses sur l’incidence de la crise des opioïdes sur la conduite avec les capacités affaiblies.

« Depuis quelques années, l’on entend parler de plus en plus régulièrement de conducteurs aux capacités affaiblies par des opioïdes et les résultats de ce sondage viennent confirmer cette tendance », a-t-il expliqué.

Susceptibilité accrue parmi les jeunes hommes

Les résultats du sondage indiquent que les jeunes hommes âgés de 18 à 34 ans sont les plus susceptibles de s’adonner à ce genre de comportement :

  • Parmi ceux qui ont consommé de l’alcool au cours des 30 derniers jours, 17 % (près de deux sur dix) ont conduit au moins une fois au cours des six derniers mois sachant que leurs capacités étaient affaiblies et une vaste majorité de ces derniers (72 %) transportaient des passagers.
  • Parmi ceux qui ont consommé du cannabis au cours des 30 derniers jours, 30 % (trois sur dix) ont conduit au moins une fois au cours des six derniers mois sachant que leurs capacités étaient affaiblies et la majorité de ces derniers (64 %) transportaient des passagers.
  • Parmi ceux qui ont consommé une drogue illicite au cours des 30 derniers jours, 39 % (quatre sur dix) ont conduit au moins une fois au cours des six derniers mois sachant que leurs capacités étaient affaiblies et la vaste majorité de ces derniers (87 %) transportaient des passagers.

« Historiquement, le groupe démographique constitué de jeunes hommes présente des taux plus élevés de conduite après la consommation d’alcool, de cannabis et de drogue. Cette étude reflète également cette tendance », a souligné M. Murie.

Excuses données pour justifier la conduite après la consommation d’alcool, de cannabis ou de drogues illicites

Les raisons citées par les répondants pour justifier la conduite après la consommation d’alcool, de cannabis ou de drogues illicites nous sont à la fois frustrantes et familières. Voici les trois raisons les plus souvent citées pour justifier la conduite d’un véhicule dans les deux heures après avoir consommé de l’alcool, dans les deux heures après avoir fumé ou vapoté du cannabis, dans les quatre heures après avoir ingéré du cannabis, ou dans les deux heures après avoir consommé une drogue illicite :

  • Absence d’une sensation d’affaiblissement des capacités ;
  • Courte distance à parcourir ;
  • Impression d’être en mesure de conduire prudemment.

« Je peux à peine exprimer à quel point il est frustrant d’entendre les raisons que donnent les gens pour justifier la décision de conduire après avoir consommé de l’alcool, du cannabis ou d’autres drogues, a déploré Jaymie-Lyne Hancock, présidente nationale de MADD Canada. Les gens savent qu’il est dangereux et illégal de conduire sous l’influence de l’alcool, du cannabis et d’autres drogues, mais ils le font pareil. Le fait qu’une personne ne pensait pas que ses capacités étaient affaiblies ou que son trajet n’était pas long ne compte pour rien lorsqu’elle cause une collision qui tue ou blesse quelqu’un. »

Mme Hancock encourage les Canadiens et Canadiennes à mettre la sécurité des routes et des communautés au premier plan en veillant à toujours prévoir un moyen sobre de rentrer à la maison et en prenant le temps de signaler les cas soupçonnés de conduite avec les capacités affaiblies au 911.

« Nous avons tous le pouvoir d’aider les policiers à retirer ces chauffards de nos routes avant qu’ils causent une collision, a-t-elle ajouté. Un simple appel au 911 pourrait sauver une vie. »

Fausses perceptions concernant la gravité de la conduite avec les capacités affaiblies

Le sondage indique également que certains conducteurs canadiens entretiennent un nombre de fausses perceptions et ont une attitude plutôt nonchalante à l’égard de la conduite avec les capacités affaiblies.

  • Trois conducteurs canadiens sur 10 (30 %) croient qu’il y a une énorme différence entre la conduite après la consommation d’alcool et la conduite après la consommation de cannabis.
  • Environ un conducteur sur dix pense qu’il « n’est pas grave » de conduire après quelques verres (15 %), après la consommation de marijuana/cannabis (14 %) ou après la consommation d’une drogue illicite (10 %).
  • Or, il n’est pas surprenant d’apprendre qu’un quart de ces derniers ont pris place à bord d’un véhicule sachant que les capacités du conducteur étaient affaiblies (26 %) ou ont permis à un ami de conduire après avoir consommé de l’alcool sachant que c’était dangereux (23 %).

Au sujet du sondage

Ce communiqué présente un survol des résultats du sondage réalisé par Ipsos du 28 mai au 8 juin 2021 pour le compte de MADD Canada. Un échantillon de 3 002 Canadiens et Canadiennes âgés de 18 à 70 ans et détenant un permis de conduire valide a été sondé en ligne. Des quotas et des pondérations ont été utilisés pour faire en sorte que la composition de l’échantillon reflète les caractéristiques de la population canadienne âgée de 18 à 70 ans (en âge de boire) conformément aux données du dernier recensement. La précision des sondages Ipsos est mesurée au moyen d’un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, les résultats sont fiables à ±2,3 points de pourcentage, 19 fois sur 20, pour la population générale de Canadiens et Canadiennes âgés de 18 à 70 ans (en âge de boire). L’intervalle de crédibilité sera plus important au sein des sous-groupes de la population. Tous les sondages et toutes les enquêtes sur échantillons peuvent être sujets à d’autres sources d’erreur, notamment des erreurs de couverture et de mesure.

Pour de plus amples renseignements :

Andrew Murie, Chef de la direction, MADD Canada, 416-720-7641, amurie@madd.ca Jaymie-Lyne Hancock, Présidente nationale, MADD Canada, 705-623-3148, jhancock@madd.ca Deb Kelly, MADD Canada, responsable des communications, 1-800-665-6233, poste 240, dkelly@madd.ca

Source de l’article : https://madd.ca/pages/un-sondage-sur-la-conduite-apres-la-consommation-dalcool-de-cannabis-et-de-drogues-illicites-revele-des-tendances-excuses-et-fausses-perceptions-troublantes/?lang=fr

Back To Top